La soupe de...Carotte!

De la soupe, rien que de la soupe...!

05 septembre 2007

La revanche du clam chowder

Je vous avais mis sur la voie à mon retour de vacances mais ne vous avais pas donné plus de détails sur nos vacances manquées aux États-Unis.  Le prologue qui mène à la recette d'aujourd'hui vaut bien quelques minutes de lecture surtout à l'attention des futurs voyageurs d'Europe vers les États-Unis.

On disposait de quelques jours de vacances devant nous sans rien de prévu à l'horaire.  On improvisa donc d'aller se mettre les pieds dans l'eau et de faire découvrir les joies marines à p'tit Coco.  De Québec, l'océan est à seulement 6 ou 7 heures de route environs : destination la plus proche le Maine aux États-Unis.  Après plusieurs heures de paquetage de sacs, de jouets, de voiture, de glacière et de vérifications de liste à n'en plus finir (on part quand même avec un bébé de un an pour plusieurs heures de voiture...), nous nous dirigeons vers la frontière US qui sera notre halte après 3 heures de route.  Dans la voiture, la discussion avec conjoint chéri va bon train, nous imaginant déjà les pieds dans le sable chaud à faire des pâtés avec P'tit Coco qui mangera inlassablement le sable, sautant dans les vagues de l'océan, et le soir venu, repus de soleil et de plage, nous dégusterons poissons, fruits de mer et Clam Chowder dans les petits restos du bord de mer...c'est pas idyllique tout ça!!?  Ça tombe bien il est midi, on arrive à la frontière, on a faim, il fait un peu chaud et si tôt passé les lignes (=frontières), on s'arrête pour luncher puis direction la plage quelques heures plus tard!!! 

(...)

...Il est maintenant 14h15, on n'a pas mangé, P'tit Coco n'a pas fait sa sieste encore, il est tanné de faire les allers-retours sur le stationnement US de la frontière, le thermo vient de se briser, il n'y a plus d'eau chaude pour faire chauffer son biberon, il fait chaud, je viens de passer 2h dans les bureaux des douanes entourée de G.I JOE américains aussi sympathiques que des marteaux-piqueurs, je suis maintenant fichée dans le registre comme temporairement interdite d'entrée au pays, ils ont pris toutes mes empreintes digitales et ma photo, et me renvoient me faire cuire un oeuf au Canada...Mais que s'est-il donc passé?

Tout d'abord, il s'est passé de terribles événements puis une paranoïa collective s'est emparée du peuple américain et les militaires sont les premiers bénéficiaires de cette paranoïa...et moi, j'en suis une victime parmi tant d'autres.  Non, je n'ai pas manqué de respect à la fière Nation Américaine, censeur du monde; non, je n'ai pas porté atteinte aux droits des Américains; non, je n'ai pas déclaré à la blague que je transportais des armes; non, rien de tout cela...ma seule erreur est d'avoir un passeport français fait à la main et que leur nouvelle machine d'identification sont incapables de lire car il n'y a rien de digital et d'informatisé sur mon identité.  Mon passeport, bien que valide jusqu'en 2011, est tout simplement refusé par les douaniers : je suis interdite d'entrée jusqu'à que je possède un passeport nouveau genre à l'ère de l'identification électronique!  Et ceci, vaut pour tous les voyageurs de l'Europe.  Malgré que je sois résidente du Québec depuis 10 ans avec carte d'identité électronique à l'appui, ils n'ont rien voulu savoir.   Rien?  Peut-être pas tant que ça car après m'être expliquée autant comme autant, j'ai fini par demander s'il n'y avait pas une dérogation spéciale dans ces cas-ci, vu que cette nouvelle mesure était récente...Oui, il y en a une...?  Oh, comme ils sont accomodants les GI JOE..!!!  Ben oui...moyennant, la modique somme de 250 $ US cash, ils m'accordaient le droit de passage pour mes vacances et oubliaient par le fait même que mon passeport posait problème...(corruption, pot-de-vin, manipulation,...ai-je entendu par-là!!!).

La meilleure après ça : comme je me trouvais depuis 10 mètres sur le territoire américain de façon illégale, il fallait qu'ils m'autorisent à ressortir du territoire.  Les procédures ont pris 2 heures d'attente pendant lesquelles, j'ai été contrainte d'attendre sur une chaise en cuirette (qui colle aux cuisses quand on transpire) où les regards réguliers des GI JOE me prévenaient froidement de me tenir tranquille, ne pas trop bouger et d'attendre en fermant ma g.....! puis sont venues la prise des empreintes et la photo!  Un cauchemar!!! 

On est reparti de zéro à 14h30 direction le Bas-Saint-Laurent pour une nouvelle destination vacances et 4 heures de route supplémentaires...Envolés le sable chaud et l'océan, les fruits de mer et le clam chowder!!!

Alors à vous futurs voyageurs Européens en partance pour les États-Unis, renseignez-vous bien sur les nouvelles modalités de passeport requises là-bas.  Pour ma part, je ne suis pas à veille de faire renouveller mon passeport, une écoeurite aigüe des États-Unis s'est jetée sur moi et pour longtemps!  Toutefois, ils font quand même un excellent clam chowder et je me suis vengée en en préparant une grosse soupière à mon retour à la maison!

Le Clam Chowder de Nouvelle-Angleterre (la chaudrée de palourdes)

DCP03650

  • 2 boîtes de palourdes + jus (clam ou vongole)

  • 1 poireau

  • 1 oignon

  • 1 branche de céleri

  • 100 grs de lard salé

  • 4 pommes de terre pelées

  • 1/2 tasse de vin blanc (125 ml)

  • 2 tasses d'eau (500 ml)

  • 2 tasses de lait (500 ml)

  • 1 tasse de crème 15 % (250 ml)

  • sel et poivre

  1. Faire revenir poireau, oignon et céleri hachés finement dans un peu d'huile et de beurre.

  2. Si vous décidez de mettre quelques lardons de lard salé, c'est maintenant qu'il faut les faire colorer

  3. Déglacer au vin blanc et laisser réduire au 1/3

  4. Entre-temps couper les pommes de terre en cubes

  5. Égoutter les palourdes mais CONSERVER LE JUS

  6. Ajouter le jus dans la marmite, les pommes de terre et l'eau.

  7. Saler généreusement

  8. Porter à ébullition et laisser mijoter jusqu'à que les pommes de terre soient cuites

  9. Ajouter le lait, la crème et les palourdes

  10. Donner un léger bouillon et mijoter 15 minutes

  11. Rectifier assaisonnement.  Servir avec quelques feuilles de persil haché.

  12. Cette soupe est encore meilleure le lendemain.

Et si vous vous demandez...P'tit Coco a quand même réussi à manger du sable pendant les vacances :

DCP03559

Publiée chez La bouche pleine de...Carotte! le 28 août 2006.

Posté par carotte90 à 02:15 - f. Les Marines - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    je découvre tes deux blogs. superbes . il y a tant de recettes à tester. J'adore les soupes de poisson..et le chowder me rappelle les Etats-Unis. C'est tellemement bon ! merci pour ces recettes

    Posté par Céline, 11 mars 2008 à 04:41
  • Faut que je la refasse car nous ne savons pas si elle est meilleure le lendemain car il n'en reste plus !!

    Posté par Mijo, 30 septembre 2009 à 00:10

Poster un commentaire